Façade en verre

Architecture moderne

Dans les années 1960, l'impulsion avait été donnée par les projets d'architectes visionnaires et d'artistes considérés à l'époque comme « le phénomène autrichien ». Mais les idées révolutionnaires d'un Hans Hollein ou de la Coop Himmelb(l)au sont restées pour l'essentiel à l'état d'avant-projet ou d'esquisse. Leur réalisation s'est limitée à des commerces ou à des bars, comme par exemple la boutique de bougies « Retti » sur le Hohlmarkt. Hollein, inspiré par la première exploration lunaire, y présente sur 14 mètres carrés en tout et pour tout sa propre conception d'une capsule spatiale.

Dans les années 1980, de nouveaux lotissements et de nouvelles cités sont sorties du sol - souvent dans un style postmoderne. Le milieu des années 80 fut à Vienne l'occasion d'un scandale architectural : l'idée de Hans Hollein d'ériger un bâtiment moderne entièrement vitré juste en face du vénérable Stephansdom souleva une émotion considérable. Le Haas-Haus fut quand même construit et inauguré en 1990, ce qui valut à l'architecture contemporaine viennoise un regain d'intérêt. La rénovation en 1988 du toit de la Coop Himmelb(l)au dans le premier arrondissement (Falkestrasse), célèbre jusqu'à l'étranger, contribua également à attirer l'attention.

Cet engouement est également imputable à Friedensreich Hundertwasser, qui créa à Vienne ses réalisations les plus connues dans les années 1980 : le Hundertwasserhaus, le bâtiment collectif le plus étrange de la ville, ainsi que le Kunst Haus Wien ou encore l'incinérateur de déchets de Spittelau. Toutes ces constructions reflètent les exigences de Hundertwasser d'une liberté de création et d'une recherche d'harmonie avec la nature. Ces projets hauts en couleurs sont moqués des autres architectes, mais appréciés des Viennois et des touristes.

La construction de nouveaux logements connaît un nouvel essor depuis la fin des années 1990. Nombreux sont les architectes qui mettent en pratique des idées innovantes : la Sargfabrik (littéralement « fabrique de cercueil »), le quartier de Wienerberg-City avec les tours jumelles de Maximiliano Fuksas, la zone de développement urbain de la Gare du Nord, le Kabelwerk, l'immeuble Zaha-Hadids près des ferroducs de Spittelau, ainsi que les Gasometer, réalisés d'après les plans de Jean Nouvel, de la Coop Himmelb(l)au, de Manfred Wehdorn et de Wilhelm Holzbauer, font fureur sur le plan international.

Au début des années 2000, le Quartier des musées apparaît comme l'un des plus importants projets architecturaux de la décennie. Depuis 1996, la Donau-City a été le plus grand projet de développement urbain de Vienne. L'ensemble de grands buildings de l'autre côté du Danube s'étend de façon continue, avec de nombreuses tours de plus de 100 mètres apparues ces dernières années. Fin 2013, le plus haut bâtiment d’Autriche (220 mètres) a été achevé avec la DC Tower 1 de l’architecte vedette Dominique Perrault. En mai 2014, le gratte-ciel a décroché la 2e place du célèbre prix d'architecture  « Emporis Skycraper Award ». La plateforme panoramique à 207 mètres d'altitude est ouverte tous les jours de 10 à 17h30.

D'autres points forts architecturaux de la capitale sont l'embarcadère du Twin City Liner sur le canal du Danube (de Fasch & Fuchs) et l'hôtel de luxe construit en biais en face par Jean Nouvel. Et jusqu'à 2015, la Gare principale de Vienne est encore en travaux. Sur le site de l'ancienne gare du Sud, un quartier entièrement nouveau voit actuellement le jour. Le campus WU inauguré en 2013 avec des bâtiments signés entre autres par Zaha Hadid, BUSarchitektur et Sir Peter Cook est le nouveau centre de la vie étudiante près du Prater. Et en périphérie de Vienne, un espace d'habitat et de travail pour 40 000 personnes voit actuellement le jour sur 2,4 millions de mètres carrés dans la ville lacustre d'Aspern.

Des liens pour en savoir plus :

Évaluer l'article

Recommander l'article

Les champs portant un* sont obligatoires.
Les données et adresses e-mail indiquées ne seront ni sauvegardées ni réutilisées.

De
À

Réaction pour la rédaction de wien.info

Les champs portant un* sont obligatoires.

Civilité *