Opéra National de Vienne

Promenade n° 2

Notre seconde promenade à travers la capitale démarre devant l'Opéra national, dessiné et bâti par le couple d'architectes homosexuels Eduard Van der Nüll (1812– 1868) et August Sicard von Sicardsburg (1813–1868). Leur relation connaîtra une fin dramatique, d'ailleurs liée à la construction de ce théâtre lyrique. En effet, les travaux d'édification sont entamés avant que ne soit fixé le niveau définitif de la chaussée de la Ringstrasse. Or, celui-ci sera surélevé d'un mètre ultérieurement, si bien qu’aujourd’hui encore, l'Opéra national manque de hauteur et ses rampes d'accès semblent tronquées.
L'opinion publique s'étant largement gaussée de la mésaventure et l'empereur François-Joseph ayant, dit-on, joint lui aussi sa voix aux critiques, Van der Nüll se suicide le 3 avril 1868. A peine deux mois plus tard, le 11 juin, Sicardsburg le suit dans la tombe, le cœur probablement brisé.

De ce lieu tragiquement célèbre, nous nous rendons au Palais impérial où la statue équestre qui s'élève sur la Heldenplatz, devant l'entrée de la Bibliothèque nationale, nous fait retrouver notre grand« petit prince » Eugène, avec ce monument qui honore sa mémoire en l’un des lieux les plus imposants.
En traversant le parc, le Volksgarten, nous atteignons le Temple de Thésée, érigé en 1820 par Antonio Canova en l’honneur du séduisant héros grec. La statue athlétique de Thésée trône aujourd'hui sur le palier des escaliers intérieurs du Musée des Beaux-Arts.
Devant le temple, « Le vainqueur », bronze de Josef Müllner datant de 1922, mérite notre attention : il est devenu une sorte d'icône de l'homosexualité à Vienne.

suite 

Évaluer l'article

Recommander l'article

Les champs portant un* sont obligatoires.
Les données et adresses e-mail indiquées ne seront ni sauvegardées ni réutilisées.

De
À

Réaction pour la rédaction de wien.info

Les champs portant un* sont obligatoires.

Civilité *