Sécession

Promenade n° 1

Quittant la Karlsplatz, notre parcours longe l'Université technique et nous conduit au n°6 de la Kettenbrückengasse où se trouve la Maison où est mort le compositeur Franz Schubert (1797–1828) : peu après avoir emménagé ici, le musicien y meurt le 19 novembre 1828 de la syphilis, contractée semble-t-il à la suite de son unique relation sexuelle avec une femme.

Habituellement, c'est plutôt envers les personnes du même sexe que « Franzl » manifeste de l'attirance. Ainsi, il vit plus de deux ans avec le poète Johann Baptist Mayerhofer, connu pour son homophilie, dans une chambre en sous-location où tous deux partagent le même lit. Leur tendresse réciproque trouve écho dans de nombreux lieder mis en musique par Schubert, sur des textes de Mayerhofer, ainsi que dans l'opéra « Adrast » qu'ils conçoivent ensemble, mais dont seuls des fragments nous sont parvenus.

Après le long chemin que nous venons de parcourir, il est temps de nous restaurer auprès de l'un des nombreux stands du Naschmarkt, avant d'entamer la dernière partie de notre parcours : nous longeons le Theater an der Wien, théâtre transformé en opéra à l’occasion du 250ème anniversaire de la naissance de Wolfgang Amadeus Mozart en 2006, pour rejoindre l'édifice Art nouveau le plus connu de la capitale, la Sécession.

C’est là, au sous-sol, que se trouve la frise Beethoven, célèbre fresque de l’un des pères de la Sécession, Gustav Klimt. Le programme des expositions, moderne et progressiste, est aujourd’hui encore le fruit d’une concertation démocratique entre les membres de l’association des artistes plasticiens viennois. Celle-ci se consacre presque exclusivement à l’art contemporain et n’hésite pas à exposer le résultat de certaines expériences artistiques modernes.

Teilen, bewerten und Feedback
Évaluer l'article
Recommander l'article

Les champs portant un* sont obligatoires.
Les données et adresses e-mail indiquées ne seront ni sauvegardées ni réutilisées.

De
à
Réaction pour la rédaction de wien.info

Les champs portant un* sont obligatoires.

Civilité *
Civilité