Vienne plus détaillée

Vue du Burgtheater depuis l'Hôtel de Ville

Vous vous trouvez ici :

Wiener Seifenmanufaktur: einzelne Seifen
© Wiener Seife

Semmelweis et le savon

Ignaz Semmelweis était en avance sur son temps. Sa théorie sur l'hygiène a révolutionné l'histoire de la médecine. En effet, hier comme aujourd'hui, se laver et se désinfecter régulièrement les mains contribue fortement à éviter les infections. Et donc à sauver des vies.

La révolution de l'hygiène

Mais commençons donc par le commencement. Ce jeune médecin hongrois est arrivé à Vienne au milieu du XIXe siècle et travaillait à l'hôpital général. Semmelweis a vite remarqué qu'un nombre disproportionné de mères succombaient à la fièvre puerpérale dans la maternité gérée par les docteurs. Dans la maternité gérée par les sages-femmes en revanche, beaucoup moins de femmes tombaient malades. En menant son enquête, il s'est vite aperçu du lien de cause à effet entre le manque d'hygiène des médecins et le taux de mortalité post-partum. C'est pourquoi Semmelweis est souvent désigné comme le « sauveur des mères ».

L'hygiène des mains était donc si révolutionnaire ? Et comment ! Semmelweis a non seulement cloué au pilori ses propres confrères, mais il a aussi remis en question une pratique courante jusqu'alors dont personne n'avait jamais douté. Ces tensions débouchent sur des débats houleux qui se terminent souvent de la même façon : Semmelweis est désigné comme cinglé et fantasque. Finalement, l'insistance de ses détracteurs entraînera le non-renouvellement de son contrat en 1849, et il retourne à Pest (aujourd'hui Budapest). Il ne se remettra jamais du rejet et de la récusation de ses découvertes, et décède dans des circonstances obscures dans l'asile du Land de Basse-Autriche à Vienne-Döbling.

En anglais, Semmelweis est entré dans les livres d'histoire et même dans le dictionnaire. On parle en effet du « Semmelweis reflex ». Ce terme désigne le rejet immédiat d'une découverte scientifique ou d'une information sans aucune réflexion ou vérification.

Fruit de la tradition

Les savons sont vendus dans les magasins du 3e et du 1er arrondissement, et sur la boutique en ligne.

Il n'a jamais été aussi important de veiller à l'hygiène des mains. Les produits d'entretien biologiques de la manufacture de savons viennoise représentent une aide précieuse. En 2006, Sonja Baldauf et son équipe ont remis au goût du jour les recettes de l'artisan savonnier viennois Friedrich Weiss, en élargissant la gamme de produits et en peaufinant les techniques de production. Dans la fabrique et la boutique du 3e arrondissement, les classiques éprouvés côtoient les curiosités. Qui aurait cru qu'un savon puisse servir de dentifrice ?

Savons de Vienne

Hintzerstraße 2
1030 Vienna

Savons de Vienne

Herrengasse 6-8
1010 Vienna